Poser une question est un Art !

Questionner c’est s’informer, rechercher, enquêter !
 

Questionner c’est aussi une invitation à échanger, à dialoguer – la rencontre la plus anodine ne commence-t-elle pas toujours par une question : Tiens bonjour, comment ça va ? 

La question, d’après Olivier Maulini monte la garde en permanence – elle anticipe, elle prévoit, elle surveille. 
Ne serait-elle pas le propre de l’homme ?
 Poser une question c’est témoigner de son intérêt pour l’autre.
 Poser une question est un acte fondamental acquis dès la petite enfance : et pourquoi ceci et pourquoi cela? Avec la bouée de sauvetage du « parce que » et la tentation de rompre avec un « tais toi ». 
 Poser une question est aussi un engagement de la personne – l’engagement d’écouter les réponses et d’en tenir compte. 

Une conférence donnée sans la possibilité pour le public de poser des questions est jugée par toutes et tous comme une conférence ratée, comme un monologue totalitaire, un mépris ouvert pour le public présent. Cela est même devenu impensable. Qu’importe si le public ne souhaite pas poser de questions. L’essentiel aura été de le proposer (La parole est à la salle !). 

Donner la possibilité de poser des questions sans contrainte et en particulier les contraintes de l’expression en public est une source de remontées d’informations irremplaçable. 
Si vous voulez connaitre le sentiment de quelqu’un à propos de quelque chose donnez donc la préférence à quelles sont les questions que vous vous posez à propos de… plutôt que le sempiternel donnez moi votre avis sur…

La question doit être prise au sérieux.
Elle renvoie à la nécessité de savoir et aussi à l’intérêt porté à autrui,  
► au désir d’apprendre et aussi à la compétence à acquérir pour savoir la poser, 
► à la reconnaissance de ses pairs (merci d’avoir posé cette question), 
 à la poursuite d’une ambition individuelle (que va me rapporter le fait d’avoir posé cette question).

Une question ne se contente pas de prendre de l’information, elle donne aussi à celui qui la reçoit. Elle doit ouvrir un espace intérieur, elle propose un accroissement de vie, elle renvoie chacun à sa liberté, elle dérange, elle bouscule.

Elle laisse une trace, elle doit éclairer !

Oui, construire une question est un art. Un art qui s’apprend et qui s’entretient. Un art indispensable au pilotage des organisations d’aujourd’hui, où la soumission à l’autorité n’est plus ce que c’était (comme disent les vieux cons !) et le besoin de sens et d’utilité à la construction d’un bien commun n’ont jamais été aussi criant …

Dr Philippe Van den Bulke